Salaire minimum des travailleurs produisant des biens et services  destinés à l’exportation vers les USA et l’UE

Les effroyables conditions de travail des employees des usines h m en asie 1

Salaire minimum des travailleurs produisant des biens et services  destinés à l’exportation vers les USA et l’UE (Le processus prévoit d’inclure progressivement aux cotés des USA et de l’UE, des pays qui atteindraient un niveau de pouvoir d’achat comparable mais il faudrait néanmoins tenir compte d’autres données économiques dont celles relatives aux transversalités régionales).

Dans l’ensemble des pays hors USA, UE, Russie, Chine et états disposant déjà d’un salaire minimum supérieur, son montant unique qui pourrait se situer les premières années entre 250 et 350 euros, serait déterminé au terme d’un vote de la convention. Ambitieux pour les uns, trop modeste pour d’autres, ce pas constituerait néanmoins un progrès social considérable pour de nombreux travailleurs résidant dans des pays dont le salaire souvent compris entre 50 et 80 euros ne représente que 20 à 30 % du revenu nécessaire pour vivre notamment en Inde, Bengladesh, Cambodge et plusieurs autre pays de la région. Sur le continent africain, la rémunération est parfois inférieure à 30 euros. Au Mexique et dans des pays d’Afrique du nord et d’Europe, des salaires proches de 80 à 150 euros ne constituent aujourd’hui parfois que 25 à 45  % d’un revenu décent.Union européenne hors pays européens qui ont déjà un salaire minimum plus élevé : Le salaire minimum pourrait avoisiner 600 euros et s’appliquerait uniquement dans les pays dont le salaire minimum est inférieur. Leur adhésion au projet accélérerait ainsi la réalisation de l’Europe sociale souhaitée par Bruxelles. Chaque Etat membre est compètent en matière de rémunération, conformément à l’article 153 du traité de Lisbonne et pourrait donc instituer ou continuer à fixer un salaire minimum national supérieur.  Des Etats d’Europe centrale qui regrettent le départ de nombre de leurs jeunes ressortissants vers les pays de l’Ouest, apprécieraient cette opportunité. La hausse salariale satisferait les ouvriers des 10 pays de l’UE dont le salaire minimum est proche ou inférieur à 400 euros sans pour autant menacer les économies des états. Pour exemple, la fabrication d’articles textiles, moyen de gamme, ne coûterait le plus souvent que quelques  dizaines de centimes d’euro en plus. En revanche l’augmentation du pouvoir d’achat des salariés de l’industrie et des services exportés pourrait générer au sein de l’UE, des marchés à plus forte valeur ajoutée parfois plus locaux et respectueux de l’environnement. 

Union européenne hors pays européens qui ont déjà un salaire minimum plus élevé : Le salaire minimum pourrait avoisiner 600 euros et s’appliquerait uniquement dans les pays dont le salaire minimum est inférieur. Leur adhésion au projet accélérerait ainsi la réalisation de l’Europe sociale souhaitée par Bruxelles. Chaque Etat membre est compètent en matière de rémunération, conformément à l’article 153 du traité de Lisbonne et pourrait donc instituer ou continuer à fixer un salaire minimum national supérieur.  Des Etats d’Europe centrale qui regrettent le départ de nombre de leurs jeunes ressortissants vers les pays de l’Ouest, apprécieraient cette opportunité. La hausse salariale satisferait les ouvriers des 10 pays de l’UE dont le salaire minimum est proche ou inférieur à 400 euros sans pour autant menacer les économies des états. Pour exemple, la fabrication d’articles textiles, moyen de gamme, ne coûterait le plus souvent que quelques  dizaines de centimes d’euro en plus. En revanche l’augmentation du pouvoir d’achat des salariés de l’industrie et des services exportés pourrait générer au sein de l’UE, des marchés à plus forte valeur ajoutée parfois plus locaux et respectueux de l’environnement. 

Russie : Un salaire proche de celui préconisé pour le premier groupe pourrait être envisagé, néanmoins compte tenu de particularités, celui-ci ferait l’objet d’un accord distinct.

Chine : La population chinoise est gravement impactée par les ravages environnementaux provoqués par la surproduction. Une part croissante de ses habitants riches et diplômés, rêve maintenant de fuir la pollution. Cette mise en danger de la vie des chinois expose Pékin à une déstabilisation politique du régime. La Chine pourrait considérer l’intérêt d’une production plus qualitative. Le salaire minimum chinois à destination des travailleurs produisant pour l’exportation vers les USA et l’UE pourrait se situer entre un salaire manufacturier qui avoisine maintenant souvent 350 euros et celui de 600 euros qui serait en vigueur au sein de l’UE. Aussi un montant de 500 euros, plus proche de l’estimation de salaire décent dans les grandes villes, serait jugé approprié si l’on considère également le taux horaire minimum très supérieur de 8 et 10 dollars ou euros aux USA et dans plusieurs pays de l’UE.

Francis JOURNOT -  "International Convention for a Global Minimum Wage" 

http://www.international-convention-for-minimum-wage.org 

Copyright © 2013 - 2018 - non profit NGO International Convention for a Global Minimum Wage & Francis Journot Fair Consulting - All rights reserved